Nos membres

Les films du temps scellé

David Foucher

Les films du temps scellé accompagne des projets de films qui traitent de sujets de société tant nationaux qu’internationaux portés par des réalisateurs et réalisatrices qui défendent des partis pris cinématographiques engagés. Nous envisageons la production comme un lieu d’expérimentation et de recherche, avec une attention particulière à la diffusion et la rencontre avec le public.

  • 1 rue Chambrelent 33610 Cestas.
  • Année de création : 2014.
  • Documentaires.

 

Retrouvez le catalogue complet de Les Films du temps scellé sur son site.

Sorties en 2019 :

Kounachir
Long-métrage documentaire. Réalisation : Vladimir Kozlov.

Kounachir est l’île principale de l’archipel des Kouriles annexé en 1945 par l’URSS au Japon, un lieu exceptionnel et isolé où le temps semble s’être arrêté.

On y rencontre un ancien maire devenu chercheur de trésors abandonnés par les Japonais, un capitaine de bateau collectionneur d’uniformes nazis, un médecin poète parcourant l’île sur son traîneau à chiens…

Le film raconte ce monde perdu, irréel, tiraillé entre un Japon fantasmé et les paradoxes de la Russie d’aujourd’hui.

Avec le soutien de Vosges Tv, le CNC, la Procirep-Angoa, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie.

Les robes papillons
Moyen-métrage documentaire. Réalisation : Camille Auburtin.

Ma grand-mère Micheline Rampon Auburtin, ancienne danseuse classique des ballets russes de Monte-Carlo au côté de Bronislava Nijinska (soeur de Nijinski) est aujourd’hui atteinte de la maladie d’Alzheimer. Physiquement immobilisée, son esprit et son regard naviguent entre rêve et réalité. Des souvenirs subsistent dont certains sont curieusement ravivés par le toucher, la sensation et l’ouïe.
Que reste-il finalement d’un corps de danseuse, traversé par la maladie et la vieillesse ? Les robes papillons est le récit sensible de ma relation à ma grand-mère, qui s’est construite dès l’origine par le biais du corps et de la danse.

Aides à l’écriture de la Région Grand Est et Nouvelle-Aquitaine, Aides à la production du CNC et de la Région Nouvelle-Aquitaine, avec le soutien de la Procirep-Angoa.

Nostos
2018 – Moyen-métrage documentaire – 59’. Réalisation : Cyril Lafon.

Grèce : une tragédie moderne se joue. Chassés par la crise, Giorgos et Anna sont partis tenter leur chance à l’étranger. Mais, comme Ulysse, le héros antique, lenostos, le retour, les hante. Dimitris a décidé, quant à lui, de retrouver sa terre. Il estentré « en résistance » pour défendre sa patrie. Mais la Grèce est-elle encore un pays où l’on peut revenir ?

Nostos raconte l’odyssée contemporaine de trois jeunes grecs à la fois portés et écrasés par un héritage prestigieux, qui font face à une crise de la modernité.

Voir la bande-annonce

 

Permis de construire
2017 – Long-métrage documentaire – 78’. Réalisation : Colas Devauchelle.

Première internationale : Festival Résistances, Foix.

Dans un coin de campagne reculé, un groupe d’amis décide de créer un lieu de vie collectif autour d’une ferme. Parmi eux, Colas se souvient des choix qui l’ont poussé à la néo-ruralité.

Sous forme de récit autobiographique, Permis de construire retrace le parcours d’habitat atypique du réalisateur depuis son premier logement en colocation à Paris jusqu’à l’auto-construction de sa maison aujourd’hui. Une réflexion sur l’idée d’habiter autrement se dessine.

Voir la bande-annonce

Mutso l’arrière-pays
2014– Moyen-métrage documentaire – 50’. Réalisation : Corinne Sullivan.

Première internationale : Visions du réel à Nyon (Suisse).

Nodzari quitte la plaine de Tbilissi pour s’installer avec sa famille à Mutso dans les montagnes désertées de Khevsureti, en Géorgie. Nourri de l’imaginaire collectif construit autour de ce territoire, il cherche à redonner vie au village en ruine de son enfance. À travers son épopée se dessine l’histoire d’une famille, d’une communauté et d’un arrière pays.

Voir la bande-annonce