Nos membres

Les films du temps scellé

David Foucher

Les films du temps scellé accompagne des projets de films qui traitent de sujets de société tant nationaux qu’internationaux portés par des réalisateurs et réalisatrices qui défendent des partis pris cinématographiques engagés. Nous envisageons la production comme un lieu d’expérimentation et de recherche, avec une attention particulière à la diffusion et la rencontre avec le public.

  • 1 rue Chambrelent 33610 Cestas.
  • Année de création : 2014.
  • Documentaires.

 

Retrouvez le catalogue complet de Les Films du temps scellé sur son site.

Sorties en 2019 :

Kounachir
Long-métrage documentaire. Réalisation : Vladimir Kozlov.

Kounachir est l’île principale de l’archipel des Kouriles annexé en 1945 par l’URSS au Japon, un lieu exceptionnel et isolé où le temps semble s’être arrêté.

On y rencontre un ancien maire devenu chercheur de trésors abandonnés par les Japonais, un capitaine de bateau collectionneur d’uniformes nazis, un médecin poète parcourant l’île sur son traîneau à chiens…

Le film raconte ce monde perdu, irréel, tiraillé entre un Japon fantasmé et les paradoxes de la Russie d’aujourd’hui.

Avec le soutien de Vosges Tv, le CNC, la Procirep-Angoa, la Nouvelle-Aquitaine et l’Occitanie.

Les robes papillons
Moyen-métrage documentaire. Réalisation : Camille Auburtin.

Ma grand-mère Micheline Rampon Auburtin, ancienne danseuse classique des ballets russes de Monte-Carlo au côté de Bronislava Nijinska (soeur de Nijinski) est aujourd’hui atteinte de la maladie d’Alzheimer. Physiquement immobilisée, son esprit et son regard naviguent entre rêve et réalité. Des souvenirs subsistent dont certains sont curieusement ravivés par le toucher, la sensation et l’ouïe.
Que reste-il finalement d’un corps de danseuse, traversé par la maladie et la vieillesse ? Les robes papillons est le récit sensible de ma relation à ma grand-mère, qui s’est construite dès l’origine par le biais du corps et de la danse.

Aides à l’écriture de la Région Grand Est et Nouvelle-Aquitaine, Aides à la production du CNC et de la Région Nouvelle-Aquitaine, avec le soutien de la Procirep-Angoa.

Nostos
2018 – Moyen-métrage documentaire – 59’. Réalisation : Cyril Lafon.

Grèce : une tragédie moderne se joue. Chassés par la crise, Giorgos et Anna sont partis tenter leur chance à l’étranger. Mais, comme Ulysse, le héros antique, lenostos, le retour, les hante. Dimitris a décidé, quant à lui, de retrouver sa terre. Il estentré « en résistance » pour défendre sa patrie. Mais la Grèce est-elle encore un pays où l’on peut revenir ?

Nostos raconte l’odyssée contemporaine de trois jeunes grecs à la fois portés et écrasés par un héritage prestigieux, qui font face à une crise de la modernité.

Voir la bande-annonce

 

Permis de construire
2017 – Long-métrage documentaire – 78’. Réalisation : Colas Devauchelle.

Première internationale : Festival Résistances, Foix.

Dans un coin de campagne reculé, un groupe d’amis décide de créer un lieu de vie collectif autour d’une ferme. Parmi eux, Colas se souvient des choix qui l’ont poussé à la néo-ruralité.

Sous forme de récit autobiographique, Permis de construire retrace le parcours d’habitat atypique du réalisateur depuis son premier logement en colocation à Paris jusqu’à l’auto-construction de sa maison aujourd’hui. Une réflexion sur l’idée d’habiter autrement se dessine.

Voir la bande-annonce

Mutso l’arrière-pays
2014– Moyen-métrage documentaire – 50’. Réalisation : Corinne Sullivan.

Première internationale : Visions du réel à Nyon (Suisse).

Nodzari quitte la plaine de Tbilissi pour s’installer avec sa famille à Mutso dans les montagnes désertées de Khevsureti, en Géorgie. Nourri de l’imaginaire collectif construit autour de ce territoire, il cherche à redonner vie au village en ruine de son enfance. À travers son épopée se dessine l’histoire d’une famille, d’une communauté et d’un arrière pays.

Voir la bande-annonce

 

 

Nos membres

Gabi Production

Barbara Schuerrer

Notre ligne éditoriale se nourrit des problématiques du rapport de l’œuvre à son public, des questions de transmission. Elle affiche une prédilection pour l’art, la littérature et la culture populaire pour les formats destinés au public adulte ; s’engage sur des formats courts de haute qualité pour le public jeunesse.

  • 61 rue de l’Abbé-Joubert, 16 000 Angoulême.
  • Année de création : 2016.
  • Animation, courts-métrages jeunesse et adulte, documentaires animés, plutôt en 2D et sur des thématiques culturelles.

 

Retrouvez le catalogue complet de Gabi Production sur son site.

Le Rêve de Sam
2018 – Animation – 7’19’’. Réalisation : Nölwenn Roberts.

Première mondiale : Festival de Clermont Ferrand.

Le Rêve de Sam raconte l’histoire d’une petite souris qui, par un beau matin de printemps, décide de réaliser son rêve, un rêve assez fou pour une petite souris: voler avec les hirondelles. Sam a un an jour pour jour pour réaliser ce rêve en défiant les lois de l’apesanteur et l’incompréhension des autres animaux de la forêt…

Voir la bande-annonce

 

Nos membres

L’atelier documentaire

 

Depuis 2007, L’atelier documentaire a produit près d’une trentaine de films reconnus dans les plus importants festivals français et internationaux. Cette société coopérative fondée par Fabrice Marache et Raphaël Pillosio, eux-mêmes réalisateurs, s’engage auprès de cinéastes qui travaillent le réel sous toutes ses formes : du cinéma de la rencontre à l’enquête intimiste, de la fable burlesque à l’expérimentation sociale, l’atelier de tous les possibles.

  • 271 route de Bigorre, 33 550 Tabanac.
  • Année de création : 2007.
  • Majoritairement du documentaire (longs-métrages, courts-métrages, audiovisuels).

 

Retrouvez le catalogue complet de L’atelier documentaire sur son site.

Iranien
2014 – Documentaire – 105’.

Réalisation : Mehran Tamadon.

Coproducteur : Box production.

Première mondiale : Berlinale, catégorie Forum.

Iranien athée, Mehran Tamadon a réussi à convaincre quatre mollahs partisans de la République Islamique d’Iran, de venir habiter et discuter avec lui pendant deux jours. Dans ce huis clos, les débats se mêlent à la vie quotidienne pour faire émerger sans cesse cette question : comment vivre ensemble lorsque l’appréhension du monde des uns et des autres est si opposée ?

Voir la bande annonce

Les Proies
2018 – Documentaire – 53’. Réalisation : Marine de Contes.

Première mondiale : Cinéma du réel – Prix de la compétition française.

Depuis leur cabane, des hommes scrutent le ciel automnal des Landes. Ils écoutent les bruissements de la forêt et guettent avec avidité le passage des oiseaux. Dans une étrange chorégraphie, ils tirent sur les ficelles du temps pour actionner leur piège. Tout autour, les arbres semblent se rapprocher en tombant …

Voir la bande annonce 

Le Temps des forêts
2018 – Documentaire – 103’.

Réalisation : François-Xavier Drouet. Documentaire.

Première mondiale : Festival de Locarno – Prix SRG SSR – Semaine de la critique.

Le temps des forêts est un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert vert, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain.

Voir la bande annonce

 

 

Nos membres

Hybrid Films

Jules Pottier, Swan Riemain et William Rougier

 

Au sein de notre société Hybrid Films, nous accompagnons des auteurs locaux qui proposent une réflexion documentée sur des sujets de société. Non sous la forme de films-thèse où le propos finit parfois par écraser l’expression artistique, mais avec un objet ouvrant vers le débat.

  • 21 rue de la Cueille-Mirebalaise, 86 000 Poitiers.
  • Année de création : 2014.
  • Production de court-métrages (majoritairement fiction).

 

Retrouvez le catalogue complet de Hybrid Films sur son site.

Viens regarder la mer
2016 – Fiction, Drame psychologique – 25’.

Réalisation : Christiane Ludot.

Coproducteurs : Heimat Films, La bise au chat.

L’espace d’une nuit, trois destins se croisent : Mona et Vincent, un couple sur le point de se séparer, et Lena, une adolescente qui s’est enfuie de chez ses parents. Pour chacun d’entre eux, une rencontre qui va compter.

 

Le Corps des vieux 
2017 – Fiction, Drame psychologique – 19’59’’.

Réalisation : Louise de Prémonville.

Coproducteurs : La Mouette à 3 Queues ; Les yeux d’Izo.

Jacques, 70 ans, le visage marqué, l’air anxieux, réajuste le col de sa che- mise. Il soupire un grand coup, sort de sa chambre, traverse le couloir obscur de la maison de retraite, pénètre dans une salle télé, spécialement décorée pour l’anniversaire de sa femme, LUCIE, 70 ans elle aussi. Assise face à lui, enfermée dans la maladie, elle ne le voit plus. Jacques monte sur l’estrade et commence à danser. C’est aujourd’hui qu’il tentera, par tous les moyens, de se reconnecter à elle.

Voir la bande-annonce

Un matin un lapin
Fiction, Comédie dramatique – 25’. Réalisation: Anne-Sophie Diégo.

Pour les jeunes fausses jumelles Nelly et Kelly, c’est le grand soir ! Après des mois de répétitions, elles se présentent au concours de danse organisé dans la discothèque du coin. Mais tout s’effondre lorsqu’elles découvrent que leur mère a investi l’argent promis pour l’achat de leur moyen de transport dans le costume du concours de talent de leur petite sœur.

Voir la bande-annonce

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos membres

Novanima

Marc Faye

Nous mettons en avant les traitements originaux des films que nous accompagnons avec une sensibilité pour les formes hybrides qui mélangent prises de vues réelles, animations et archives. Notre ligne éditoriale s’intéresse à des films sur l’art, l’histoire, la société et nous restons ouverts à d’autres thématiques selon les projets.

  • Lieu-dit Le Thon, 24 220 Castels-et-Bézenac.
  • Année de création : 2006.
  • Documentaires et courts métrages d’animation essentiellement (et un peu de série, du court métrage de fiction et du magazine).

 

Retrouvez le catalogue complet de Novanima sur son site.

O’Galop
2009 – Documentaire, animation – 52’. Réalisation : Marc Faye.

Coproduction : Girelle production.

Première internationale : Festival international du film d’animation d’Annecy (France), 2009.

Tout le monde connaît le Bibendum Michelin, mais personne ne connaît l’artiste qui se cache derrière ce logo mondialement connu. O’Galop (1867-1946), contemporain d’Émile Cohl, est illustrateur pour la presse satirique, affichiste, pionnier du cinéma d’animation et le créateur graphique du Bibendum. L’arrière-petit-fils et réalisateur de ce film explore l’univers de l’artiste.

Casa
2013 – Documentaire, animation – 59’. Réalisation : Daniela de Felice.

Coproduction : Tarmak.

Première internationale : Cinéma du réel, Paris (France), 2013.

Daniela de Felice filme sa mère au moment où elle s’apprête à quitter la maison d’une famille dans laquelle manque cruellement le père, décédé en 1997. Dès lors, l’inventaire des lieux se complique d’un flou mémoriel concernant l’instant de la mort du père, et prend des allures d’adieu rituel. Malgré l’apparente banalité des circonstances (le rangement, la mise en carton avant déménagement), l’intimité des entretiens fait naître, dans la simplicité de son enregistrement, une émotion qui semble avoir tardé à se dire. Seul cet échange tardif semble à même d’achever un deuil entamé il y a pourtant quinze ans. En lieu et place de récits attendus qui partiraient des objets rangés, le film se fait l’écho d’un point commun entre la mère et sa fille : la passion de la collection. Derrière la vocation pédagogique de la mère (qui compte instruire ses petits enfants avec ses boîtes de scarabées ou de coquillages) comme derrière les plans que collecte la cinéaste avant de quitter les murs, on devine la même certitude qu’engranger reste une garantie contre l’évanescence de la mémoire. Omniprésente sur les boîtes comme sur les murs, la poussière seule atteste que le temps a passé. » (Charlotte Garson, Cinéma du réel 2013).

Mon Juke-Box
2019 – Fiction, animation – 15’. Réalisation : Florentine Grelier.

Coproduction : Girelle production.

J’ai entendu une musique par hasard, l’autre jour. Un vieux titre de rock’n’roll. Ça me dit quelque chose. C’est sûrement un morceau qui passait sur une des machines infernales de mon père, l’aventurier, l’homme aux mille vies, le roi du juke-box.

 

 

Nos membres

In Vivo Films

Louise Bellicaud

Claire Charles-Gervais

Créée en 2015 et basée à La Rochelle, In Vivo Films a l’ambition d’accompagner des auteurs et réalisateurs venant de divers horizons culturels et géographiques, sur des projets de courts et longs-métrages. In Vivo Films axe sa ligne éditoriale sur des projets présentant une forte identité culturelle sur des sujets locaux avec le potentiel d’une résonance pour l’audience internationale.

  • 23 rue Basse-de-Saint-Eloi, 17 000 La Rochelle.
  • Année de création : 2015.
  • Longs et court-métrages de fiction avec notamment des co-productions internationales.

 

Retrouvez le catalogue complet de In Vivo Films sur son site.

Thirst Street (C’est qui cette fille)
2017 – Fiction – 1h23’. Réalisation : Nathan Silver.

Première mondiale : Festival de Tribeca (2017).

Première internationale : Venice Days (2017).

Gina, hôtesse de l’air américaine, est en transit à Paris. Dévastée par la perte récente de son fiancé, ses collègues décident de lui remonter le moral en l’amenant voir une voyante. Cette dernière lui prédit qu’elle va rencontrer l’homme de sa vie et qu’il aura quelque chose dans l’œil. Apres une nuit passée avec Jérome, Gina est persuadée que c’est de lui dont la voyante lui a parlé. Mais Jérôme et encore moins sa petite amie Clémence, avec qui il vient de se remettre, ne sont pas du même avis.

Voir la bande-annonce

Abou Leila
2019 – Fiction – 2h19. Réalisation : Amin Sidi-Boumédiène.

Coproducteurs : Thala Films.

Première mondiale : Festival de Cannes, Semaine de la critique (2019).

Algérie, 1994. Le terrorisme fait rage depuis bientôt deux ans dans le nord du pays, chaque jour amenant son lot de morts et d’horreurs. Samir et Lotfi, deux amis d’enfance, traversent le désert algérien à la recherche d’Abou Leila, un dangereux terroriste. La poursuite semble absurde, le Sahara n’ayant pas encore été touché par la vague d’attentats et d’assassinats qui secoue le pays, mais Samir, dont la santé mentale est vacillante, est convaincu de la véracité de l’information. Lotfi, lui, n’a qu’une idée en tête : éloigner Samir le plus loin possible de la capitale, le sachant trop fragile pour supporter plus de sang versé. En proie à des cauchemars et autres hallucinations de plus en plus terrifiants, Samir semble prêt à basculer à tout instant.

S’approchant de la planque supposée d’Abou Leila, ils apprennent qu’un mal mystérieux frappe un autre village, non loin de là. Trois enfants ont trouvé la mort dans des circonstances aussi horribles que suspectes.

Les habitants, de paisibles touaregs n’ayant jamais vu pareilles horreurs, refusent de croire qu’un homme soit capable de tels crimes et pensent reconnaître l’attaque d’une bête sauvage, peut-être mythique ou possédée par un djinn, ces diables du désert qui parcourent les dunes sans relâche.

Samir, lui, est convaincu qu’il s’agit d’Abu Leila. Lotfi est obligé de suivre son ami, et de s’enfoncer avec lui dans le cycle implacable de la violence aveugle.

Seuls
2019 – Fiction – 18’20’’. Réalisation : Claudia Bottino.

Yann a passé l’été seul avec sa mère, dans un camping de vacances près d’une forêt.
Son père était loin, en voyage d’affaires, mais demain il va rentrer et la famille sera
enfin réunie.
Deux mois d’ennui : il fallait bien tuer le temps. Quand on a onze ans, on peut faire
des bêtises. Quand on est adulte aussi, mais ce n’est pas pareil.
Une chose est sûre : avant de partir, toutes les preuves doivent disparaître.

 

Nos membres

Leitmotiv Production

Jérôme Amimer

 

Nous produisons des films qui portent des regards singuliers sur la société des hommes, ici en France mais aussi en Russie, en Algérie, en Arménie et ailleurs. Des films sur ce qui existe ou sur ce qui n’est plus présent que dans les mémoires. Des films engagés dans l’humain et le cinéma.

Nous essayons de faire que chacun de ces films témoigne d’une expérience personnelle qui, ajoutée aux précédentes, pourrait être vue comme l’autobiographie collective de quelques-uns (filmeurs) regardant quelques autres (filmés) habiter ce monde.

  • 3 rue Dalloz, 87 000 Limoges.
  • Année de création : 2001.
  • Documentaires moyens et long-métrages.

 

Retrouvez le catalogue complet de Leitmotiv Production sur son site.

Camille Senon la dame du pays rouge
2017 – Documentaire – 53’. Réalisation : François Perlier.

Coproducteurs : ViàVosges

Première internationale : Le Mois du Film Documentaire (2016).

Camille Senon, rescapée du massacre d’Oradour sur Glane à vingt ans, est une militante syndicale, une porteuse de mémoire et une féministe intransigeante. Le réalisateur la suit pas à pas dans ces derniers combats, tout en retraçant son parcours et en s’interrogeant sur la notion d’engagement.

Voir la bande-annonce

La Cité intérieure
2016 – Documentaire – 47’. Réalisation : Jérôme Amimer.

Coproducteurs : ViàVosges.

Première internationale : Festival International du Film Ethnographique de Québec (2017).

La Cité intérieure est le témoignage du réalisateur sur sa jeunesse dans la cité HLM Les Coutures à Limoges. C’est une confession mêlant joie et douleur. Il retrouve cette mémoire, replonge dans un monde ouvrier passé et dont il est issu alors que sa vie est aujourd’hui dans un autre. Un héritage complexe vécu comme une lutte des classes personnelle.

Ambiance Bois, le travail autrement
2014 – Documentaire – 52’. Sophie Bensadoun.

Coproducteurs : télimTV.

Première internationale : Festival International « Filmer le travail » de Poitiers (2015).

À Ambiance Bois, une scierie qui assure la transformation du bois « de l’arbre à la maison », les décisions sont prises à l’unanimité des 25 salariés, polyvalents, qui touchent le même le salaire, tirent au sort leur PDG et décident de leur planning. Ambiance Bois est une SAPO, société anonyme à participation ouvrière, créée il y a 25 ans sur le Plateau de Millevaches. Un fonctionnement exemplaire d’une entreprise rentable et humaine, qui propose de travailler autrement.

voir la bande-annonce

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos membres

Prima Linea Productions

Œuvres cinématographiques et audiovisuelles d’auteur.

  • 40 Rempart Desaix, 16 000 Angoulême.
  • Année de création : 1995.
  • Production de films d’animation, longs et courts-métrages ; développement et réalisation d’œuvres d’auteurs en numérique ou objets physiques ; recherche et développement en animation.

 

Retrouvez le catalogue complet de Prima Linea Productions sur son site.

Peur(s) du noir
2007 – Long-métrage collectif, animation – 82’. Réalisation : Blutch, Charles Burns, Marie Caillou, Pierre Di Sciullo, Richard McGuire, Lorenzo Mattotti.

Coproducteurs : La Parti Prod.

Première mondiale : Rome Film Fest (« Film surprise » de la sélection officielle, hors compétition), 2007.

Six grands auteurs graphiques et créateurs de bande dessinée ont animé leurs cauchemars, griffant le papier de leurs crayons affûtés comme des scalpels, gommant les couleurs pour ne garder que l’âpreté de la lumière et le noir d’encre de l’ombre.

Voir la bande-annonce

Zarafa
2012 – Animation – 82’. Réalisation : Jean-Christophe Lie et Rémi Bezançon.

Coproducteurs : Pathé / France 3 Cinéma / Chaocorp / Scope Pictures

Première mondiale : 15e Festival International du Film de Comédie de l’Alpe-d’Huez (Sélection officielle), 2012.

Hassan, prince du désert est chargé par le Pacha d’Egypte de conduire Zarafa jusqu’en France mais Maki bien décidé à tout faire pour contrarier cette mission et ramener la girafe sur sa terre natale va les suivre au péril de sa vie.

Voir la bande-annonce 

La Fameuse invasion des ours en Sicile
2019 – Animation – 82’. Réalisation : Lorenzo Mattotti, d’après Dino Buzzati.

Coproducteurs : France 3 Cinéma

Première mondiale : Festival de Cannes, Un certain regard (2019).

Tout commence le jour où Tonio, le fils du roi des ours est enlevé par des chasseurs dans les montagnes de Sicile… Profitant de la rigueur d’un hiver qui menace son peuple de famine le roi Léonce décide alors d’envahir la plaine où habitent les hommes. Avec l’aide de son armée et d’un magicien il réussit à vaincre et finit par retrouver Tonio. Mais il comprend vite que le peuple des ours n’est pas fait pour vivre au pays des hommes…

Voir la bande-annonce

 

 

Nos membres

Senso Films

Maryline Charrier

Depuis sa création en 1998, Senso Films produit des films documentaires, de fiction et d’animation sur des thématiques sociales, artistiques et historiques, toujours avec l’ambition et la volonté de privilégier une démarche d’auteur. Nous voulons travailler sur des projets de films ouverts à toutes les écritures, qui établissent des correspondances entre les différentes formes artistiques : la littérature, la musique, le théâtre, le cinéma.

  • 2 bis avenue Amérigo-Vespucci, 17 000 La Rochelle.
  • Année de création : 1998.
  • Documentaires et fictions en prise de vue réelle et animation.

 

Retrouvez le catalogue complet de Senso Films sur son site.

Ce pays où naissent les histoires 
Projet en cours – Moyen métrage documentaire cinéma – 45′. Réalisation : Alexandre Westphal.

Percival Everett est écrivain. Depuis une quarantaine d’années, il remplit des pages, griffonne dans ses carnets, publie des romans, des nouvelles, et parfois, un recueil de poèmes. D’un livre à l’autre, il partage un plaisir non dissimulé pour l’expérimentation formelle et une certaine obsession pour la question de l’identité. Qu’est-ce qu’être un écrivain noir aujourd’hui ? Comment traiter du racisme tout en se battant pour que chaque texte soit avant tout considéré comme autre chose qu’une méditation sur la question raciale ?

Lire la présentation du film

Angèle à la casse
2019 – Fiction – 29’. Réalisation : Daniela de Felice et Matthieu Chatellier.

Une casse automobile en bordure de périphérique. Angèle, la vingtaine, vient d’en hériter. Elle y travaille sans relâche, faisant face à ses nouvelles responsabilités. Un matin, un homme se présente, à la recherche d’une Opel Corsa rouge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des Juliettes et des Roméos #oceanindien
2019 – Fiction – 9×13’. Réalisation : Isabelle Fougère et Miquel Dewever-Plana.

Coproducteur : France 0 (Réunion première et Mayotte Première) en partenariat avec l’Association Solidarités et Cultures, (La Réunion), le CNC et Invent-Oi (Mayotte).

Née d’une résidence artistique en milieu scolaire, destinée à des collégiens et lycéens, la série bouscule les codes de la fiction et du documentaire, invitant des personnages du réel à investir la fiction pour se raconter, à travers le prisme d’un mythe universel. Elle leur permet de s’emparer, sous la direction des réalisateurs, des codes narratifs, de l’écriture du scénario au tournage et jusqu’à la post-production. Elle les fait s’interroger sur les dangers des communautarismes qui taraudent nos sociétés contemporaines, avec le défi des migrations, de l’extrémisme religieux et de l’écart grandissant de richesse.

Elle propose à un public plus large une découverte des réalités réunionnaises et mahoraises et une réflexion sur les conséquences de l’intolérance. C’est un message que cette jeune génération souhaite faire passer à ses parents et grands parents.

Voir le pilote. Mot de passe : pilotejr.

 

 

 

Nos membres

VraiVrai Films

Florent Coulon

Nous privilégions les propositions originales et les regards singuliers, nous parions sur la production de premiers films et la découverte de nouveaux auteurs, en particulier de la région Nouvelle-Aquitaine. Ouverte sur le monde, VraiVrai Films cultive une relation engagée avec des documentaristes africains.

  • 55 rue Garnier, 17 100 Saintes
  • Année de création : 2011
  • Production audiovisuelle et cinématographique

 

Retrouvez le catalogue complet de Vraivrai Films sur son site.

La Colère dans le vent

2016 – Documentaire – 54’. Réalisation : Amina Weira.

Première internationale : États Généraux du Film Documentaire de Lussas, section DocMonde (2016).

Dans ma ville d’origine Arlit, au Nord du Niger, Areva exploite l’uranium depuis 1976. Aujourd’hui, une bonne partie de cette région, balayée par les vents de sable, est contaminée. La radioactivité ne se voit pas et la population n’est pas informée des risques qu’elle encourt. Cette exploitation a complètement désorganisé la vie de la population.

Une partie de l’année, de violents vents de sable enveloppent entièrement la ville. Ce vent de poussière propage des substances radioactives. Chacun cherche un abri. La ville devient calme, toutes les activités sont stoppées.

Mon père, travailleur de la mine d’uranium en retraite, est au cœur de ce film. Il va dépoussiérer ses souvenirs, les 35 années de son passage à la mine. Grâce à mon père, je vais à la rencontre d’autres anciens travailleurs qui ont certainement leur mot à dire.

Vivre riche
2017 – Documentaire – 53’. Réalisation : Joël Akafou.

Première internationale : Festival Visions du réel de Nyons (2017), Prix Meilleur documentaire de la compétition internationale.

« Rolex le Portugais » a tenté l’aventure au Burkina Faso voisin, sans succès. Le voici de retour à Abidjan, pour gagner beaucoup d’argent. Avec ses compagnons, âgés de 15 à 25 ans, il vit de de l’économie informelle, en particulier celle du « broutage », soit des arnaques sur Internet, en profitant des largesses pécuniaires de blanches en mal d’amour ou de sensations, qu’ils vont ensuite brûler dans les maquis (débits de boisson) ou les boîtes. Les protagonistes de Vivre Riche appartiennent à une jeunesse mutante, déboussolée par les années de guerre civile, qui entend ni plus ni moins « encaisser la dette coloniale ».

Extrait de Vivre riche

Trait de vie
2017 – Documentaire – 1h15’. Réalisation : Sophie Arlot et Fabien Rabin.

Première internationale : Festival du Film Nature & Environnement de la FRAPNA (2017), Prix Hérisson d’Argent.

Ils et elles portent l’image de paysans et paysannes « hors du temps », de fous, de doux rêveurs. Pourtant c’est dans la recherche d’un bien-être et d’une échelle de vie plus humaine qu’ils développent leur savoir-faire. Ces débardeurs, maraîchers ou même céréaliers qui travaillent avec complicité auprès de leurs animaux de trait, dévoilent la réalité de parcours engagés, atypiques et sensibles. Ânes, chevaux et bœufs leur donnent l’énergie quotidienne dont ils ont besoin pour porter, tracter… mais surtout l’énergie de continuer leur métier. La liberté qu’ils inspirent relève d’une forte volonté pour réussir le pari qu’ils se sont lancés : prouver que la traction animale est encore pertinente et évolutive.

Extrait de Trait de vie