Nos membres

In Vivo Films

Louise Bellicaud

Claire Charles-Gervais

Créée en 2015 et basée à La Rochelle, In Vivo Films a l’ambition d’accompagner des auteurs et réalisateurs venant de divers horizons culturels et géographiques, sur des projets de courts et longs-métrages. In Vivo Films axe sa ligne éditoriale sur des projets présentant une forte identité culturelle sur des sujets locaux avec le potentiel d’une résonance pour l’audience internationale.

  • 23 rue Basse-de-Saint-Eloi, 17 000 La Rochelle.
  • Année de création : 2015.
  • Longs et court-métrages de fiction avec notamment des co-productions internationales.

 

Retrouvez le catalogue complet de In Vivo Films sur son site.

Thirst Street (C’est qui cette fille)
2017 – Fiction – 1h23’. Réalisation : Nathan Silver.

Première mondiale : Festival de Tribeca (2017).

Première internationale : Venice Days (2017).

Gina, hôtesse de l’air américaine, est en transit à Paris. Dévastée par la perte récente de son fiancé, ses collègues décident de lui remonter le moral en l’amenant voir une voyante. Cette dernière lui prédit qu’elle va rencontrer l’homme de sa vie et qu’il aura quelque chose dans l’œil. Apres une nuit passée avec Jérome, Gina est persuadée que c’est de lui dont la voyante lui a parlé. Mais Jérôme et encore moins sa petite amie Clémence, avec qui il vient de se remettre, ne sont pas du même avis.

Voir la bande-annonce

Abou Leila
2019 – Fiction – 2h19. Réalisation : Amin Sidi-Boumédiène.

Coproducteurs : Thala Films.

Première mondiale : Festival de Cannes, Semaine de la critique (2019).

Algérie, 1994. Le terrorisme fait rage depuis bientôt deux ans dans le nord du pays, chaque jour amenant son lot de morts et d’horreurs. Samir et Lotfi, deux amis d’enfance, traversent le désert algérien à la recherche d’Abou Leila, un dangereux terroriste. La poursuite semble absurde, le Sahara n’ayant pas encore été touché par la vague d’attentats et d’assassinats qui secoue le pays, mais Samir, dont la santé mentale est vacillante, est convaincu de la véracité de l’information. Lotfi, lui, n’a qu’une idée en tête : éloigner Samir le plus loin possible de la capitale, le sachant trop fragile pour supporter plus de sang versé. En proie à des cauchemars et autres hallucinations de plus en plus terrifiants, Samir semble prêt à basculer à tout instant.

S’approchant de la planque supposée d’Abou Leila, ils apprennent qu’un mal mystérieux frappe un autre village, non loin de là. Trois enfants ont trouvé la mort dans des circonstances aussi horribles que suspectes.

Les habitants, de paisibles touaregs n’ayant jamais vu pareilles horreurs, refusent de croire qu’un homme soit capable de tels crimes et pensent reconnaître l’attaque d’une bête sauvage, peut-être mythique ou possédée par un djinn, ces diables du désert qui parcourent les dunes sans relâche.

Samir, lui, est convaincu qu’il s’agit d’Abu Leila. Lotfi est obligé de suivre son ami, et de s’enfoncer avec lui dans le cycle implacable de la violence aveugle.

Seuls
2019 – Fiction – 18’20’’. Réalisation : Claudia Bottino.

Yann a passé l’été seul avec sa mère, dans un camping de vacances près d’une forêt.
Son père était loin, en voyage d’affaires, mais demain il va rentrer et la famille sera
enfin réunie.
Deux mois d’ennui : il fallait bien tuer le temps. Quand on a onze ans, on peut faire
des bêtises. Quand on est adulte aussi, mais ce n’est pas pareil.
Une chose est sûre : avant de partir, toutes les preuves doivent disparaître.